Infos maritimes

Publié le par Anciens Poste aux Armées

Infos maritimes

Un chimiquier a été la cible d’une attaque de pirates, samedi 7 novembre, dans le golfe de Guinée.

Le Torm Alexandra, navire de 183 mètres de long, pour 32 de large, battant pavillon de Singapour, a été abordé à 162 milles au sud de Cotonou (Bénin), alors qu’il était en transit depuis Lomé, aux alentours de 6h43 UTC (7h43, heure de Paris), selon un signalement de l’agence spécialisée en sécurité maritime Dryad Global.
A bord, se trouvait un équipage de 20 Philippins et un Monténégrin. Ils ont pu émettre un signal de détresse avant de se réfugier en citadelle. Le message a été capté par la frégate italienne Federico Martinengo, qui a déployé son hélicoptère sur zone. Arrivé sur les lieux, il a effectué des tirs de semonce en direction des pirates qui ont répliqué, sans effet, avant de prendre la fuite. Une équipe italienne a inspecté le chimiquier pour s'assurer que plus aucun pirate ne se trouvait à bord. Un patrouilleur béninois s’est lancé à la poursuite des assaillants.
La marine italienne a diffusé des images de l’incident. On y voit notamment l’embarcation des assaillants : une coque en fibre de verre équipée de deux moteurs hors-bord de 200 chevaux lancée à grande vitesse avec une dizaine de personnes à bord. Ces petites embarcations sont privilégiées par les pirates. Difficilement détectables, elles sont très rapides, ce qui leur permet d’être sur leur cible quelques minutes seulement après avoir été repérées (ce qui n’est pas toujours le cas, si la veille est défaillante).

 

D'autres incidents Le même jour, un second incident est survenu dans le golfe de Guinée. Cette fois, c’est un pétrolier de 145 mètres, battant pavillon des îles Marshall, le Wesley, qui a été approché à 180 milles au sud de Lagos (Nigeria). Une embarcation rapide, avec sept pirates à bord, s’est approchée à moins de 250 mètres.
L’équipage s’est là encore réfugié en citadelle, tandis qu’une équipe de sécurité armée a tiré trois fois sur les pirates. Ces derniers ont alors abandonné la poursuite et se sont éloignés. Le 4 novembre, un autre pétrolier, le Nefeli II, avait été abordé par des pirates, à 90 milles au sud de Brass (Nigeria), alors qu’il naviguait entre Lagos (Nigeria) et Douala (Cameroun). Les assaillants avaient détruit des équipements, mais n’avaient pas réussi à enlever l’équipage, réfugié, encore une fois, dans la citadelle. Lorsqu’ils montent à bord, les pirates cherchent en général à détruire le matériel de communication pour empêcher toute intervention. Période favorable aux pirates Dryad Global pointe que la fin de la saison des pluies (qui s’étend d’avril à octobre) au Nigeria coïncide souvent avec la recrudescence des attaques. Les conditions sont plus favorables pour ces petites embarcations.

Infos maritimesInfos maritimes

Publié dans Marine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article