Décès de Jean-Pierre BLANC

Publié le par Anciens Poste aux Armées

Décès de Jean-Pierre BLANC

Et une nouvelle fois, bien tristement, il m'incombe la peine à vous informer du décès d'un de nos sociétaires en la personne de Jean-Pierre BLANC à l'âge de 79 ans, Capitaine lors de la fin de son détachement à la Poste aux armées‌.
J'avais effectué ma première mission extérieure avec lui au Liban en 1985, on avait pendant tout le séjour (6 mois) partagé le même algéco à "Camp Tara" à Nakoura et que de souvenirs ressurgissent alors...

De son temps passé sous les drapeaux pour le service de la Poste aux armées, il aura principalement fait sa carrière en Allemagne, aux FFA*. il fût affecté successivement aux BPM* de Landau, Baden-Baden, Berlin et Fribourg. Il avait, dans cette période, été affecté en mission Outre-mer (2 ans) en Polynésie-française et à Djibouti. Il aura aussi été désigné cinq fois en OPEX* : 2 fois au Liban, à Bangui, à Sarajévo et à Mostar..Il avait terminé sa carrière de postier militaire au centre de tri de Paris Tri Armées (RH*) et à l'heure de la retraite il s'était retiré dans le Lot à Luzech.

Son inhumation aura lieu vendredi 4 septembre 2020 à 16h00 en l'église St. Pierre à Luzech.


* FFA = Forces Françaises en Allemagne
*BPM = Bureau Postal Militaire
*OPEX = OPération EXtérieure
* RH = Relations Humaines


A Sens, PM, le 3 septembre 2020.

Post scriptum : Nous recevons un mail d'un de nos membres que nous vous relayons car il apporte un éclairage sur le parcours professionnel de Jean-Pierre BLANC.


""Cher Président,

Merci de m'avoir transmis cette mauvaise nouvelle qui m'a énormément attristé.

J'ai connu JP Blanc en janvier 1961, au cours de contrôleur des PTT et plus particulièrement au cours des services radioélectriques à Villejuif. Nous avions été affectés ensuite au Bureau Central Radio, où nous nous étions retrouvés deux ans plus tard à mon retour du service militaire. Nous logions dans le même hôtel tout près de notre lieu de travail. Et puis des mutations nous ont éloignés ... jusqu'à ces retrouvailles à Paris Tri Armées à la fin des années 80. Avec son épouse il était venu à la maison et nous avions ensuite répondu à son invitation à St Germain en Laye. Retiré dans son village natal de Caix nous nous étions perdus de vue. Je savais simplement qu'il était membre de notre association.

Jean-Pierre était un chic garçon: sympathique, affable, généreux, très attaché à ses racines. Son parcours à la Poste aux Armées est impressionnant de mobilités, de diversités géographiques et fonctionnelles.

Impressionnant aussi a été  le miracle qui l'a sauvé du naufrage dans l'océan Pacifique lorsqu'il était en Polynésie. Après s'être aventuré au-delà la barre de corail, il avait dérivé au gré des courants après avoir vainement appelé  aux secours. Quinze heures plus tard, après une longue nuit de détresse, les vagues le déposaient miraculeusement sur la côte pas très loin de son point de départ!

J'adresserai un message à son épouse pour l'assurer de mes pensées, de mon soutien et du souvenir que je garderai de son mari.

Avec mes sentiments les plus amicaux.

Michel Guillet""

Nous recevons un nouveau témoignage d'un camarade à Jean-Pierre BLANC qui l'a bien connu et fréquenté en des circonstances particulières :

 

La disparition de Jean Pierre nous a beaucoup attristé mon épouse et moi même.

Nous faisions partie du même groupe arrivé à la Poste aux Armées au printemps 1970 et avons tous deux été affecté au BPM 520 sous le commandement du Capitaine Talbot (dit Talbotrole) et du Lieutenant Bénichou.

Les deux familles ont rapidement sympathisé et nous avons vécu ensemble des moments absolument inoubliables à Landau.

Les mutations, réintégrations, détachements puis les retraites sont en partie à l'origine de cette perte de vue, comme c’est le cas avec d'anciens collègues, amis ou voisins de la vie courante

Les conditions vécues actuellement ne sont pas faites également pour garder des contacts.

Je profite de ce message pour moi aussi d'annoncer un décès. Il s'agit de Jean Claude MORVAN, le 14 août 2019 à fougères 

Je viens récemment de retrouver sa trace à la suite de nombreuses recherches, je n'ai pas encore réussi à contacter sa femme. 

Il était venu nous rejoindre à la Poste aux Armées, mais nous nous connaissions depuis 1956 - 1957, petits télégraphistes, à Paris 78 dans le 16eme.

Espérons que l'année 2021 qui arrive à grand pas soit plus joyeuse !

Bien amicalement

Michel Pro

Publié dans Nécrologie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

SARRAZANAS HENRI 04/09/2020 08:25

Bien triste nouvelle, j'avais travaillé avec lui au BCMC au bureau d'ordre quand il avait été promu lieutenant. Je garde le souvenir d'un bon collégue, toujours d'humeur égale. Il me semble que lors d'un de ses séjour en Polynésie ,il avait passé une nuit en mer ,emporté par le le courant du lagon. Il avait fait la Une de la Dépêche de Tahiti .Des anciens qui étaient avec lui sur ce séjour, pourraient raconter cette histoire bien mieux que moi. Il m'avait expliqué que s'il s'était sauvé de la noyade, c'était grâce à son pére, pompier dans le Lot. Son pére lui disait toujours que les gens se noyaient parce qu'ils voulaient lutter contre le courant et qu'il valait mieux se laisser porter par lui. Voilà une petite anecdote qui m'avait marqué. Toutes mes condoléances à ses proches.