Histoire : Création des fusiliers marins. Actualités : Info militaire au Mali.

Publié le par Anciens Poste aux Armées

Histoire : Création des fusiliers marins. Actualités : Info militaire au Mali.Histoire : Création des fusiliers marins. Actualités : Info militaire au Mali.

 

5 juin 1856 : création des fusiliers marins.  

Un décret du ministère de la marine et des colonies instaure la spécialité de fusilier marin. Le bataillon des apprentis fusiliers s’implante à Lorient et deviendra l’École des fusiliers marins où elle se trouve toujours aujourd’hui (sauf de 1945 à 1962 au centre Siroco près d’Alger). 
L’école forme aussi les fusiliers marins commandos, créés quant à eux durant la Seconde Guerre mondiale par le capitaine Kieffer (1er bataillon de fusiliers marins commandos). 

Une excellente nouvelle : Le chef d'Aqmi tué par l'armée française au Mali, dit Florence Parly ministre des Armées

 

PARIS (Reuters) - Le chef d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), Abdelmalek Droukdel, a été tué mercredi 3 juin 2020 par l’armée française lors d’une opération dans le nord du Mali, a annoncé vendredi 5 juin 2020 la ministre des Armées Florence Parly sur son compte Twitter.

“Le 3 juin, les forces armées françaises, avec le soutien de leurs partenaires, ont neutralisé l’émir d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), Abdelmalek Droukdel, et plusieurs de ses proches collaborateurs, lors d’une opération dans le nord du Mali”, a écrit Florence Parly.

“Ce combat essentiel pour la paix et la stabilité dans la région vient de connaître un succès majeur”, a-t-elle ajouté.

“Abdelmalek Droukdal, membre du comité directeur d’Al-Qaida, commandait l’ensemble des groupes qaïdistes d’Afrique du Nord et de la bande sahélienne, dont le JNIM (acronyme arabe du Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans, NDLR) l’un des principaux groupes terroristes actifs au Sahel”, a encore déclaré Florence Parly.

Ancien du GIA (Groupe islamique armé) algérien, Droukdel a pris en 2004 la tête du Groupe salafiste pour la prédication et le combat (GSPC), rebaptisé AQMI trois ans plus tard.

Florence Parly a ajouté que les forces françaises, qui ont 5.200 hommes déployés au Sahel, poursuivaient leurs opérations contre l’État islamique au Grand Sahara, autre groupe armé djihadiste dans la région, et qu’elles avaient capturé le 19 mai dernier l’un de ses cadres, Mohamed el Mrabat.

“Nos forces, en coopération avec leurs partenaires du G5 Sahel, continueront à traquer sans relâche (les groupes terroristes)”, a déclaré la ministre française des Armées.

Jean-Stéphane Brosse, avec Tangi Salaün et John Irish

Publié dans Armées

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article