Hommage à Jacques Payen

Publié le par Anciens Poste aux Armées

Hommage à Jacques PayenHommage à Jacques Payen
Hommage à Jacques Payen
 
Au cimetière de Charbuy (89), là où repose Jacques Payen depuis le 13 novembre 2019, un hommage solennel a été marqué jeudi 27 février 2020 par une dizaine de membres de l'amicale des "Casques blancs" qui faisaient partie du mandat en 1985 où Jacky Payen était le Postier militaire au service du détachement. Dans ce contexte très dangereux de guerre, des liens de solidarité et d'amitié se sont liés entre eux, tous grades et armes confondus. Jacky a d'emblée été reconnu par sa joie de vivre et sa faconde unique sachant entraîner les plus timorés. Plus encore forçant le respect par son obstination à exercer son métier, entre la résidence des Pins et l'aéroport au mépris de risques comme les snipers qui guettaient les véhicules des forces internationales.
 
Pour mémoire, quatre-vingt observateurs français s'étaient installés en 1984 à Beyrouth, mais au fil des négociations liées à une actualité des plus dramatiques, les effectifs étaient souvent revus à la baisse, notamment lors de la prise en otage de huit français. Après que "Paris" ait décidé de leur retrait le premier avril 1986, c'est le 3 avril que les 45 militaires "casques blancs" restant quittaient Beyrouth. Au cours de cette période, sept d'entre eux seront tués.
En 1986, il y avait encore un contingent de 1500 militaires français stationnés à Nakoura au Sud-Liban dans le cadre de la FINUL (Force Intérimaire des Nation Unies au Liban).
 
Jacky était l'archétype même du postier militaire fier de servir sous le drapeau national et au service de l'ensemble des forces composant un détachement OPEX ; il savait être disponible et toujours avec ce brin de courtoisie fort communicatif. Il avait cette particularité des gens du Nord a savoir lier le contact et communiquer son entrain, sa joie de vivre ! Il a même été un temps Président de l'amicale des "Casques blancs". Venus de Toulon, de Brest et d'autres coins de France, cet hommage a été un bel exemple de fidélité. comme en témoigne l'allocution prononcée par le Général (Gendarmerie) Yves Conchaudron (Cf. ci-après). Après cette cérémonie, par mail, le Général m'a témoigné de ses remerciements quant à mon engagement à les accompagner avec deux porte-drapeaux, une sono et en ayant effectué un dépôt de gerbe :
 
 
"Mon cher camarade, cher président de l'AAPAA,

C'est peu de dire que nous vous devons beaucoup pour l'organisation de
cet hommage court mais plein de sens à notre camarade Jacques Payen. Je
vous remercie de votre présence, de celle de vos porte-drapeaux et de
votre "assistance technique" lors de la cérémonie"...
Recevez mon bien cordial et fidèle souvenir ainsi que toute ma gratitude
pour votre aide.
Général (2s) Yves Conchaudron".
----- 0 -----
 
Charbuy, le 22 février 2020, discours du Général Yves Conchaudron.
 
Mon cher « Papa November », mon cher Jacques, Nous voici réunis auprès de toi, trois mois après que tu aies été mis en terre. Notre présence aujourd’hui se veut à la fois une réparation pour ne pas t’avoir accompagné le jour de tes funérailles mais aussi un acte d’hommage de tes camarades Morakibouns qui t’ont connu et apprécié lors de ta mission à Beyrouth il y a 35 ans et de ceux qui t’ont connu plus tardivement lors d’autres théâtres d’opérations extérieures au Tchad, en Centre Afrique, en exYougoslavie ou, bien plus tard, au sein de notre Association des Casques Blancs Français au Liban comme président durant plusieurs années. Dès que nous avons eu connaissance de ta disparition, les témoignages ont été nombreux pour te décrire et au travers de leur lecture, j’ai retrouvé le camarade que j’avais moi-même apprécié lors de mon deuxième séjour à Beyrouth. Ta personnalité attachante, ta perpétuelle joie de vivre et ta jovialité ont conquis le cœur des plus renfermés. Ton dévouement et ta volonté permanente de remplir ta mission en toutes circonstances quoiqu’il t’en coûte, ton courage et parfois ton intrépidité à prendre des risques insensés ont forcé le respect et l’affection des plus valeureux. Ton calme des vieilles troupes comme ton humilité n’ont jamais été feints et tous tes camarades saluent en toi un homme de devoir et de conviction. Saches qu’aujourd’hui, je suis mandaté pour porter la parole de tous les Casques Blancs, officiers et sous-officiers du DETOBS et pour déposer sur ta dernière demeure cette plaque de marbre parée de notre insigne, marque de notre profond respect et de notre affection de Frères d’Arme. Venus de très loin aujourd’hui pour te saluer et te rendre ce dernier hommage, nous voulons te dire notre amitié indéfectible et notre reconnaissance pour les services éminents que tu as rendus à la Patrie au travers de l’accomplissement de ta mission, méconnue du grand public, mais tellement importante pour les soldats en opération. Repose en paix camarade.
 
A Sens, PM, le premier mars 2020.
Par un mail en date du 2 mars dernier (repris ci-après), le Général Conchaudron me fait parvenir l'hommage rédigé par le Président de l'association des Casques Blancs Français au Liban (ACBFL), Xavier MASSON REGNAULT.
 
"Cher Président, cher camarade,

Ayant adressé quelques mots à la fille de Jacques PAYEN en y joignant la
copie de mon hommage et quelques photos de notre petite cérémonie, rien
ne s'oppose maintenant à ce que vous mettiez en ligne sur votre blog la
teneur des documents que je vous ai envoyés. Comme vous me l'avez
demandé je vous joins le message de notre Président que j'ai lu au
moment de nous mettre à table au restaurant de l'aérodrome.

Je vous remercie vivement de votre aide précieuse et déterminante et
vous adresse mes bien cordiales salutations.

Général (2s) Yves Conchaudron"
 
-----0------
 
Message du Président de l'ACBFL :
 
"Chers Camarades,
Je souhaite vous dire très simplement un grand merci d'avoir fait l'effort d’être présents pour rendre un dernier hommage à notre camarade Jacques PAYEN. Votre présence discrète, mais sincère aujourd'hui témoigne du véritable sens de ce que Frères d'Armes signifie.
Il y a maintenant presque 37 ans, rares étaient ceux d'entre nous qui se connaissaient, nous venions d'Unités différentes, de Contingents différents, et étions dans des Postes différents. C'est à peine si d'un même contingent certains ne se sont à peine croisés. Et pourtant, après toutes ces années, ceux qui le pouvaient n'ont pas hésité à venir se recueillir sur la tombe de l'un des leurs. Tous différents, mais tous ne faisant qu'UN : ayant partagé la même mission au sein de la même Armée Française. Oui, tous Mourakibouns et tous appartenant à l'ACBFL.
Je ne vais pas revenir sur tous les messages positifs que j'ai reçu de la part des uns et des autres sur les qualités de camaraderie de Jacques, je suis certain qu'Yves le fera parfaitement.
Je suis vraiment désolé de ne pas être des vôtres, je serai à vos cotés par la pensée et la prière pour tous ceux qui nous ont quitté au Liban ou en France.
Bonne journée à vous tous,et je compte sur vous le 17 Octobre prochain à Paris.
Amitiés fidèles, 
Merci à Yves ainsi qu'à Dominique d'avoir organisé ce déplacement.
 
Xavier MASSON REGNAULT"

Publié dans Hommages

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article